Khaled Drareni a été condamné à trois ans de prison ferme par le tribunal de Sidi M’hamed. Son crime : exercer son métier de journaliste dans le respect des règles de la déontologie, notamment dans sa couverture continue du Hirak depuis le 22 février 2019. Ses co-inculpés dans le même dossier, avec les mêmes chefs d’accusation infondés ont été condamnés à des peines inférieures à la période de détention provisoire. Le traitement spécial que subit le journaliste Khaled Drareni est insupportable.

En savoir plus et accéder à la campagne sur Avaaz